Notre roadtrip de 2 jours dans le plateau des Boloven

IMG_5002 [1600x1200]

Situé à plus de 1200 mètres d’altitude, le plateau des Bolovens, situé au sud du Laos, est célèbre pour ses plantations de thé, de café et de bananiers ainsi que ses incroyables petits villages aux différentes ethnies ! Les Bolovens sont parcourus de rivières qui donnent naissance à de magnifiques chutes d’eau : bref, comme l’aurez compris, c’est frissons garantis :)

Le trajet de nuit

Nous arrivons à Paksé, la 3ème plus grande ville du pays, très tôt le matin, vers 6h. Parti de Vientiane la veille au soir, nous avons vécu notre 1ère expérience en bus de nuit ! Les couchettes sont rudimentaires et surtout très petites, difficile de tenir à deux dedans, surtout lorsque l’on mesure d’1m90 comme c’est mon cas…

DSC_0784 [1600x1200]

Notre bus, vraiment stylé…

DSC_0786 [1600x1200]

Notre nid douillet pour cette nuit     

Après cette courte nuit, nous retrouvons Mathilde et Samuel, le sympathique couple de français que nous avions rencontré à la frontière laotienne et revu, le temps d’une soirée, à Luang Prabang. Nous avons décidé tous les 4 de partir à la découverte du plateau des Bolovens l’espace de 2 jours…

Mathilde et Samuel dans les starting-blocks !

Si vous souhaitez faire le plateau des Bolovens, louez votre scooter chez Miss Noy (et son mari Yves « le belge »). Au-delà d’être sympathiques et très drôles, ils vous fourniront de précieux conseils ainsi qu’une carte très utile avec les explications dessus. Grâce à nos amis français, nous avons eu la chance de pouvoir partir dès notre arrivée. Autrement, c’est full, il faut penser à réserver la veille !

Petite précision : nous sommes le 14 février, jour de la Saint-Valentin

Après une bonne trentaine de kilomètres en scooter, nous nous enfonçons pendant 10 kilomètres sur un chemin de terre, avant d’arriver à la cascade Tad Champee ! Entièrement recouverts de poussière, nous faisons une halte dans la cascade et allons nous baigné…

IMG_4785 [1600x1200]

Le début de la cascade

IMG_4799 [1600x1200]

Et la zone pour s’y baigner                        

Et, ensuite les galères ont commencé, impossible d’ouvrir le coffre de notre scooter, même les laotiens étaient incapables de nous aider ! Il y avait une technique particulière, mais sans la connaitre, impossible pour nous d’ouvrir le coffre et accéder à nos affaires et au réservoir d’essence…

img-1550-copier

Ouf, victoire … !!!

Nouvelle difficulté ! Suite à la nuit dans le bus et léger petit déjeuner pris avant notre départ, nous souhaitons déjeuner. Hors, il est 15h, et tout le monde fait la sieste, impossible de trouver le moindre petit restaurant d’ouvert dans les petits villages que nous traversons… Au bout d’une bonne heure de recherche, nous tombons enfin sur un petit « restaurant » et là, on nous propose de manger un œuf ! En le décortiquant, nous apercevons une tête, des yeux ainsi que de petites ailes ! Cela nous rappelle étrangement un épisode de Pékin Express ! On capitule et on se rabat sur la soupe maison, sans trop savoir ce que nous dégustons…

10996118_641700529309939_8113141468090228168_n (1)

L’oeuf en question

Vu l’heure tardive, nous ne ferons pas de plantation ce jour-là, et nous décidons de nous rendre jusqu’au village de Tad Lo ! Malheureusement, nous ne trouvons pas le chemin… Nous finissons par passer à travers de petites maisons et réussissons à retrouver la route principale. Ouf, on est sauvés :)

IMG_4880 [1600x1200]

La malice des petits laotiens :)

Arrivés sur place, nous avions prévu de dormir chez MamaPap, une guesthouse très réputée pour être peu chère et avec une très bonne nourriture mais c’est complet. Les deux filles – Audrey et Mathilde – partent donc à la recherche d’une nouvelle adresse (Samuel et moi préférons surveiller sur les scooters…). Toutes les guesthouses sont complets ce soir-là, hormis une : le Sabai Sabai, on se dit donc pourquoi pas…

Direction le Sabai Sabai !

Nous garons nos scooters devant la guesthouse ! Il y a beaucoup de vols dans la région, il faut garer les scooters dans un lieu sûr, on nous dit qu’il n’y a aucun souci, à la nuit tombée, lorsqu’il y aura moins de monde dans le restaurant, nous pourrons rentrer les scooters à l’intérieur ! Ce sont les conseils d’un français qui a bien sympathisé avec le patron, qui est là depuis 10 jours pour faire la fête avec celui-ci, résultat, ils sont donc tous les deux bourrés !

Nous nous installons dans un dortoir très rustique où je peux à peine me tenir debout. D’un coup, on nous appelle, le français nous demande la clef du scooter, il n’est pourtant pas très tard, le restaurant est plein à craquer… Je descends donc pour donner les clefs… Mais, de suite, je remarque que le scooter est sacrément endommagé ! Pour empêcher le vol, on nous avait conseillé de mettre une chaine, ce que nous avons fait … Mais, malheureusement, on ne nous avait pas prévenus de l’imbécilité d’une personne alcoolisée !!! Partant surement d’une bonne intention, cette personne a voulu rentrer le scooter … sans s’apercevoir de la chaîne mise à l’arrière !

Une histoire rocambolesque

Résultat : la coque arrière s’est arrachée et s’est encastrée dans les rayons de la roue arrière ! Petit rappel : après une nuit chaotique dans un bus de nuit, un début de boucle dans le plateau des Bolovens très poussiéreux et très angoissant suite au problème du coffre, on se dit que notre journée n’est pas terminée…

Et là, figurez-vous que le français bourré ne reconnait pas son erreur, il trouve cela très étrange ! On ne se fera pas avoir, nous ne sommes pas nés de la dernière pluie et, de plus, nous sommes fatigués. On commence donc à s’énerver, l’ambiance monte d’un cran dans le bar/restaurant/guesthouse et là, le français accepte payer les réparations ! Mais, au fait, qui va réparer ?

Il nous faut maintenant trouver un mécanicien de profession dans ce tout petit village avec un tas de gens alcoolisés, nous sentons que cela relève de la mission impossible… Mais par miracle, un mécanicien arrive ! Et là, on commence à nous dire qu’il faut de suite ramener le scooter sur Paksé, notre point de départ, moyennant une belle somme d’argent bien sûr ! Heureusement, nous étions prévenus, en cas de pépin, on appelle le Belge.  Nous voulons donc connaitre son avis mais voilà que se pose un nouveau problème : comment pouvons-nous appeler ? Nous n’avons pas de téléphone !  Il faut maintenant nous mettre à la recherche d’un téléphone !

Une fois un téléphone trouvé, nous n’arrivons pas à le faire fonctionner, il nous faut trouver le bon préfixe avant de composer le numéro… Audrey est en train de bouillir, je sens qu’il va falloir que je prenne le contrôle de la situation ! Nous arrivons finalement à appeler le belge et nous lui expliquons nos soucis en français, qui lui-même les explique en anglais à sa femme et sa femme qui les explique en laotien au mécanicien. Bizarrement, le mécanicien ne nous repasse pas le téléphone, nous ne connaissons donc pas le fin mot de l’histoire ! Il faut donc rappeler, nous arrivons à lui prendre le téléphone des mains et heureusement, au même moment, il reçoit un appel, c’est Miss Noy : elle n’a pas aimé qu’on lui raccroche au nez. Apres une longue discussion, nous comprenons qu’une magouille s’organise entre le gérant de la guesthouse et le mécanicien arrivé par hasard. Nous récupérons Yves au téléphone et nous explique qu’il ne faut surtout pas leur laisser notre scooter, et qu’il nous suffit d’aller dès le lendemain matin dans un garage retirer le cache et ainsi continuer notre chemin…

J’essaye de calmer Audrey, de lui dire de profiter de la Saint Valentin ! Nous décidons donc d’aller prendre une bonne douche et de dîner, car nous avons très peu mangé depuis la veille. Surprise ! L’eau qui sort de la douche est marron … Nous qui avions besoin de nous nettoyer, nous sommes très déçus … On ne capitule pas, on va se rabattre sur un bon repas ! Mais, il n’y a plus de viande en cuisine et donc Audrey ne mangera pas à nouveau ce soir, on ne lui amènera que du riz…

Nous irons vite nous coucher et partirons tôt le lendemain matin

pour oublier cet endroit…

Le lendemain matin, nous allons chez MamaPap gouter ses célèbres pancakes, ainsi qu’acheter quelques sandwichs, afin d’éviter notre mésaventure de la veille. Nous partons ensuite à la visite des cascades Ta Lo puis Ta Song. A peine arrivé, nous remarquons à nouveau que le parking est payant et pour une question de sécurité, nous préférons payer (5000 kips). Nous partons voir cette superbe cascade…

IMG_4824 [1600x1200]

Une des cascades

Cinq minutes plus tard, nous sommes rattrapés, on nous appelle ! Nous faisons demi-tour jusqu’au scooter, ne comprenant pas très bien ce qu’il se passe… Et là, nous apprenons que la roue arrière de notre scooter est crevée, elle s’est complètement dégonflée… Figurez-vous que nous éclatons de rire, ce scooter a vraiment la poisse ! On se dit également qu’après la casse, la crevaison, il ne reste plus que l’accident…. Nous emmenons notre scooter dans un petit village voisin. Figurez-vous que les réparations au Laos concernant l’installation de rustine sont très « spéciales », à l’aide d’une cigarette fraîchement allumée…

IMG_4898 [1600x1200]

1ère réparation

Apres la pose de 2 routines, nous repartons pendant 10 kilomètres et là… nous crevons à nouveau ! Stop, on fait demi-tour et partons à nouveau à la recherche d’un garage. Changement total de la chambre à air cette fois ! Notre poisse nous poursuit…

IMG_4915 [1600x1200]

2ème réparation

Nous remontons sur notre scooter, une bonne quarantaine de kilomètres plus loin, nous faisons une halte au Sinouk Garden Resort. Magnifique endroit, nous profitons du cadre pour déguster un café issu des plantations locales.

IMG_4930 [1600x1200]

Un cadre magnifique

IMG_4959 [1600x1200]

Ça méritait bien un petit café 

La suite de la journée est consacrée aux visites de plusieurs cascades et parmi les plus impressionnantes, nous pouvons vous conseiller celles de Tad Yuang ainsi que Tad Champi. La hauteur des cascades est vraiment impressionnantes…

IMG_5004 [1600x1200]

Une hauteur vraiment impressionnante

img-1513-copier

Jolie vue au sommet

Le coucher du soleil approchant à grand pas, nous nous dirigeons vers une chambre d’hôtes située quelques kilomètres plus loin : Chez Ming ! Une sympathique jeune femme, professeur d’anglais dans le village, qui nous accueille avec le sourire, chez elle, moyennant la somme dérisoire de 35 000 kips la nuitée (environ 4€). Certes, les matelas sont posés à même le sol, sur des planches des bois, la douche à l’eau froide est très rustique (on se lave à l’aide de grands seaux)…

IMG_5051 [1600x1200]

Notre chambre

IMG_5057 [1600x1200]

Et la salle de bain !                  

Mais le sourire de ses habitants et la visite de leurs plantations de café nous ont particulièrement ravis…

IMG_4870 [1600x1200]

Les plantations

IMG_5059 [1600x1200]

Une machine vieille comme le monde

Le lendemain matin, aux aurores, nous repartons sur notre scooter pour effectuer les quarante derniers kilomètres de notre boucle (environ 250 kms au total) pour rejoindre Paksé, et monter à bord d’un bus qui nous doit ensuite nous conduire vers notre dernière destination laotienne : les 4000 îles ! Toutes ces mésaventures vécues durant ces deux jours, ainsi que la nuit passée dans le bus, nous auront passablement fatiguées, c’est évident mais c’est avec le plein de souvenirs que nous quittons le très renommé plateau des Boloven.

IMG_5064 [1600x1200]

Le spectacle de l’aumone des moines

INFOS PRATIQUES
  • Activités : Rendez-vous, la veille, chez Miss Noy dans le centre-ville de Paksé pour réserver votre scooter et assister à 18h à la réunion de briefing, sauf si comme nous, vous avez des amis qui peuvent réserver à votre place ! Une salle sécurisée est prévue pour laisser vos bagages durant votre boucle en scooter. Prévoyez 60 000 kips par journée de location.

One Comment on “Notre roadtrip de 2 jours dans le plateau des Boloven

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *