Les volcans de Java, voyage au centre de la Terre

IMG_3321

Deuxième étape de notre découverte de l’Indonésie : l’ascension de nuit des célèbres volcans du Bromo et du Kawah Ijen, situés tous les 2 sur la partie Est de l’île de Java. Un programme intense et sportif nous attend, le sommeil se fera rare, au contraire des heures de transport bien plus nombreuses… Mais le spectacle sera plus qu’au rendez-vous et feront de ces quelques jours au « centre de la Terre » un souvenir fort en émotions !

Nous quittons Yogyakarta en tout début de matinée (8h30) via le minibus que nous avions réservé la veille (pour les infos pratiques, voir un peu plus bas). C’est simple, nous passerons toute la journée dans les transports ! Juste un stop d’une heure dans une agence à Probolinggo, le temps de réserver la suite de nos aventures mais également de changer de bus ! Direction le petit village de Cemero Lawang. Situé en hauteur, ce village paisible est surtout idéalement placé à proximité des volcans !

Il est 21h30, nous arrivons enfin ! Le climat est bien frais au sommet, nous en profitons pour ressortir nos doudounes. La journée aura été interminable, on ne s’éternise pas, le temps de trouver un lieu ouvert à cette heure-ci pour dîner et ensuite dodo !

Volcan Bromo et parc national du Bromo-Tengger-Semeru

L’Indonésie est célèbre dans le monde entier pour ses nombreuses plages paradisiaques, ses spots de surf à gogo, sa nature luxuriante mais également ses nombreux volcans ! Avec ses paysages lunaires et ses levers du soleil dignes des plus belles cartes postales, le volcan Bromo est l’un des plus impressionnants du pays ! Toujours actif, son accès est tout simplement interdit durant les périodes d’éruption ! Risques d’explosion, de projections et de coulées de lave, on ne rigole pas avec ces choses là… Heureusement pour nous, cela n’arrive que tous les 5 à 10 ans !

« Voir le Gunung Bromo, c’est un peu comme entrer dans un conte fantastique. L’immensité de la caldeira, la beauté surnaturelle du paysage et la lumière irréelle projetée sur ces hauteurs semblent relever du rêve. » (Lonely Planet)

Du rêve à la réalité, il n’y qu’un pas, et c’est ce pas que nous avons décidé de franchir et de vous faire partager ! Avant tout, il faut que vous sachiez que pour profiter de cette vue spectaculaire, ça se mérite ! Quelques gouttes de sueur, une bonne dose de folie et c’est parti. On vous présente notre programme qui se décompose en 2 étapes :

  • l’ascension de nuit du Gunung Penanjakan pour assister au lever du soleil sur les volcans Bromo (2392m), Kursi (2581m), Batok (2400m) et Semeru (3676m) ;
  • puis, dans la foulée, on enchaîne sur 3 kms de « balade » et 253 marches qui nous conduiront tout droit jusqu’au cratère fumant du volcan Bromo.

L’ascension du Gunung Penanjakan,

objectif le lever du soleil sur le Bromo

Depuis le village de Cemoro Lawang, 2 options s’offrent à nous : grimper à pied ou monter à bord d’une des nombreuses jeeps présentes sur place. Dans les 2 cas, le réveil sera bien matinal ! Et oui, même si l’ascension s’apparente plus à une petite balade de santé, il faut arriver à l’heure pour admirer le lever du soleil. Et oui ici, le soleil est un lève tôt, il commence à pointer son nez vers 5h30 !

IMG_3228

L’une des jeeps pour accéder au sommet !

Vous vous en doutez, nous avons choisi d’y aller à pied, et sans guide ! Bien moins cher, et surtout nettement plus authentique… Réveil à 2h45, départ de notre guesthouse vers 3h ! Bon, je vous avoue, avec les yeux qui piquent…

IMG_3107

L’équipe au grand complet !

Nous marchons pendant 1h30, les lampes frontales solidement accrochés à nos têtes ! Le chemin n’est évidemment pas éclairé, il fait nuit noire. Mais peu importe, nous avions bien repéré notre coup et connaissons le chemin à prendre… La route devient de plus en plus pentue sur la fin du parcours, mais peu importe ! Nous accélérons le pas, impatients d’arriver jusqu’au point de vue !

Une fois en haut, grosse déception ! Le brouillard domine le ciel ce matin, aucune visibilité à plus de 20 mètres. Nous attendrons pendant une bonne heure au sommet, croisant les doigts pour que le ciel s’éclaircisse… En vain, la météo est contre nous, nos efforts seront vains et nous ne verrons strictement rien !

Nous n’avons d’autre choix que de redescendre jusqu’au village ! Un peu dépités… Mais bonne nouvelle ! Durant la descente, l’espace de quelques minutes, les nuages disparaissent et laissent place à un spectacle étonnant ! La chance est de retour 😉

IMG_3123

Les volcans à travers les nuages

L’ascension du volcan Bromo jusqu’au cratère fumant

Une fois redescendus jusqu’au village, pas question de s’arrêter (ou si juste le temps d’avaler une petite barre de céréales) et c’est parti, nous nous dirigeons tout droit vers le volcan Bromo, pour le contempler de plus près !

IMG_3183

Direction le volcan !

Pour y accéder, nous devons entrer dans le parc national du Bromo-Tengger-Semeru ! A la base, l’accès au Bromo est gratuit, mais depuis quelques années, certains locaux se sont appropriés le droit de faire payer l’entrée aux étrangers… Et accrochez-vous bien, le prix a été multiplié par 10 en l’espace d’un an ! Fort heureusement, nous étions prévenus et connaissions l’astuce pour ne pas être pris pour des « vaches à lait » ! Si on nous réclame de l’argent sur le trajet (217 000 roupies l’entrée par personne quand même soit 15 €), nous n’aurons d’autre choix que de faire l’autruche. Autrement dit, avancer et continuer à discuter comme si de rien n’était… C’est ce que nous avons donc fait, et ça a plutôt bien marché 😉

IMG_3231

Par ici, l’entrée !

Pour rejoindre le volcan, nous avons le droit à une marche de 40 minutes, en plein cœur du fameux « Laotian Pasir » (mer de sable gris volcanique). L’ambiance est carrément lunaire, on se prendrait presque pour des astronautes en herbe…

IMG_3167

Audrey au coeur du Laotian Pasir !

Nous arrivons ensuite jusqu’aux repères en pierres blanches, qui nous indiquent le chemin à suivre ! Nos jambes sont lourdes, mais peu importe, c’est tout excités que nous gravissons deux par deux les 253 marches jusqu’au sommet…

IMG_3188

253 marches au programme

Nous y sommes enfin : au sommet de notre tout 1er volcan !!! Une pointe d’émotions nous traverse au moment d’observer, avec une grande curiosité, les entrailles sulfureuses et fumantes du volcan. Nous ne resterons qu’une bonne vingtaine de minutes au sommet. Et oui, le souffre et le vent tourbillonnant rendent l’air difficilement respirable ! Nous ressentons même quelques irritations au niveau des yeux et des poumons…

IMG_3201

Un nuage de vapeur

DCIM100GOPRO

Tous les 4, devant le volcan !

Une toute dernière photo avant de redescendre et rejoindre notre auberge pour un petit déj’ bien mérité ! Il est 10h, notre minibus nous attend déjà pour nous conduire, 300 kms plus loin, direction la 2nde étape de notre programme « volcanesque » : le Kawah Ijen et ses célèbres flammes bleues !

IMG_3194

Une vue magnifique !

INFOS PRATIQUES POUR LE VOLCAN BROMO

Transport : Depuis Yogyakarta vers Cemoro Lawang : 160 000 roupies par personne (soit 10,8 €). Nous avons négocié nos billets dans une agence sur Yogyakarta. Depuis que nous voyageons à 4,  négocier est bien plus facile 😉

Hébergement : Notre minibus s’est arrêté à Probolinggo devant une agence, l’occasion de négocier avec le gérant la suite de notre programme (hébergements pour le Bromo et Ijen, transports jusque Ijen puis Bali, guide pour le Kawah Ijen). Une bonne vingtaine de minutes de négociation et c’est gagnant-gagnant que nous sommes repartis… Nous avons payé 100 000 roupies la chambre double au Budi Homestay (6,8 €). L’hébergement est très sommaire, la douche se fait à l’eau froide à l’aide d’une grande bassine et d’un seau. Mais peu importe, pour dormir à peine 4h, ça suffira amplement !

Direction le volcan du Kawah Ijen

Fatigués mais émerveillés par notre 1er volcan, nous prenons la route direction Sempol, un tout petit village situé à quelques pas de notre destination : le Kawah Ijen ! C’est là-bas où nous dormirons dans une auberge proche du volcan… Enfin, « dormir » est un bien grand mot, puisque nous nous coucherons vers 22h30 pour se réveiller à minuit !

Pour rejoindre Sempol, c’est à nouveau 10h de route qui nous attend ! Et oui, un des points noirs de l’Indonésie, mais fort heureusement que nous ne rencontrerons que sur l’île de Java, c’est le temps passé dans les transports. Un truc de dingue ! 10h pour faire 300 kms, vous vous rendez compte ?

DSC_1738

Fatigués, mais nous arrivons…

Se reposer, oui, mais c’est surtout l’occasion parfaite pour perfectionner son anglais et faire la connaissance de nos compagnons de fortune : un minibus 100 % Union Européenne avec à son bord 4 français (et oui, Mathilde et Samuel sont bien sûr de la partie !), 2 grecs et 2 hollandaises !

Petite présentation du fameux plateau d’Ijen

Le plateau d’Ijen est une zone volcanique très étendue et dominée par les 3 sommets de l’Ijen (2368m), du Merapi (2800m) et du Raung (3332m). Cette région faiblement peuplée abrite de nombreuses plantations de café et quelques villages isolés accessibles uniquement par des routes pentues et en très mauvais état. Vous comprenez pourquoi le 4×4 est de mise dans cette région 😉

La grandes majorité des personnes qui viennent jusqu’ici ne sont là que pour une seule et bonne raison : effectuer la randonnée jusqu’au spectaculaire lac de souffre turquoise du cratère du Kawah Ijen à 2148 m d’altitude !

Au bord du lac, des émanations sulfureuses s’échappent de la cheminée du volcan et l’eau bouillonne quand l’activité s’intensifie. C’est le lac le plus acide du monde, avec un PH proche de 0,2.

L’ascension du Kawah Ijen

Il est minuit, notre réveil sonne ! Aïe, ça pique… Mais peu importe, nous sommes excités comme des enfants la veille de Noël ! Départ de l’auberge à 0h30… Un 4×4 nous conduit jusqu’au pied du Kawah Ijen ! Il est 1h15 du matin, et c’est parti, nous commençons l’ascension ! Vous l’imaginez, il fait nuit noire…

Afin de pouvoir accéder jusqu’au bas du cratère en toute sécurité, nous avons fait le choix de passer par un guide ! Nous sommes 6 : Mathilde, Samuel et les 2 hollandaises du minibus (les grecs ont préféré dormir un peu plus…) ! En chemin, nous déciderons de louer un masque à gaz afin de se protéger des émanations de souffre (50 000 roupies le masque). Et oui, la santé, ça n’a pas de prix 😉

Allez, c’est parti pour la randonnée, 3 kms de montée abrupte sur le flanc du volcan ! Les jambes sont lourdes, le manque de sommeil commence à se faire sentir… Mais on se soutient mutuellement, et environ 1h plus tard, nous arrivons au sommet !

Nous accédons ensuite à une zone de plat, conduisant tout droit à un point de vue sur le bas du cratère… Nous commençons à apercevoir les flammes bleues et le chemin escarpé pour y accéder ! C’est de ce point de vue que les décisions se prennent : pendant que certains descendent jusqu’au bas du cratère, d’autres préfèrent rester sagement en haut ! Et oui, le Kawah Ijen n’est pas donné à tout le monde, il faut une condition physique correcte !

IMG_3247

Direction le bas du volcan !

Direction le bas du cratère

Nous nous engageons sur le chemin de pierre, direction la lumière bleutée ! En file d’indienne, car nous sommes loin d’être les seuls à avoir eu cette idée ce matin-là… Audrey sujette au vertige s’accroche tant bien que mal à notre guide. Le chemin est pentu et très caillouteux, attention, le sentier est hyper glissant par endroit !

30 minutes de descente plus tard, nous arrivons tout en bas jusqu’aux dépôts de souffre et au lac fumant. Nous sommes bien contents d’avoir nos masques à gaz, nous ne pourrons rester qu’une bonne vingtaine de minutes au pied du cratère, les émanations de souffre sont vraiment très irritantes pour les yeux et les voies respiratoires !

IMG_3314

Le lac, vu de jour !

Direction ensuite la montée, environ 45 minutes de trajet, pour assister au levé du soleil ! Les premières lueurs apparaissent et nous offrent un spectacle pour le moins inoubliable….

IMG_3300

De magnifiques couleurs !

Les célèbres flammes bleues du Kawah Ijen

Outre ses porteurs de souffre, dont nous parlerons un peu plus bas, le volcan Kawah Ijen est aussi célèbre pour ses flammes bleues. Lorsque l’obscurité est à son apogée, les flancs du cratère sont illuminés par des coulées de lave émettant d’étonnantes flammes bleues.

La couleur ne provient pas de la lave mais des vapeurs de souffre qui s’échappent du cratère, avec une température proche des 200° ! Lorsqu’ils s’enflamment la nuit, les gaz produisent des flammes d’un bleu électrique pouvant atteindre jusqu’à 5 mètres de hauteur. Les flancs du volcan produisent alors un spectacle pour le moins irréel.

Bon vu qu’il fait nuit, les photos ne donnent pas grand-chose avec notre appareil… Vraiment dommage !

DSC_0019_3

Les flammes bleues !

Les porteurs de souffre

Le Kawah Ijen est un important centre de collecte de souffre, qui sert entre autre aux entreprises chinoises à fabriquer des produits cosmétiques ou pharmaceutiques ! Ces produits sont d’une grande valeur et sont vendus très chers. Pendant que certains s’en mettent plein les poches, d’autres risquent leurs vies…

IMG_3329

Un panier de souffre

Porteur de souffre, un métier pour le moins irréel… Durant la descente, nous en croisons bon nombre. Nous avons lu qu’ils seraient environ 300 porteurs à faire ça tous les jours sans exception ! Nous n’avons croisé que des hommes, pour la plupart âgés de 30 à 45 ans…

DSC_0035_4

Un des porteurs de souffre !

Les porteurs de souffre grimpent le volcan, puis descendent jusqu’au bas du cratère ! Jusque là, pas très compliqué vous me direz, c’est ce que nous avons fait… Mais là où ça se complique, c’est qu’ils doivent remplir leurs paniers de souffre (qu’ils récoltent à la main…), remonter tout en haut du cratère et redescendre jusqu’au bas du volcan ! Ils font généralement ça 2 fois par jour, soit en moyenne 6h de marche… Les paniers qu’ils portent sur leurs épaules pèsent entre 65 et 90 kg ! Ces hommes doivent peser à peine 60-70 kg, je vous laisser imaginer le calvaire que cela peut être… Nous avons essayé de porter l’un de ces paniers sur nos épaules, impossible de faire 3 pas !

IMG_3345

On a beau essayé…

Ce travail exténuant est très mal payé, environ 1 000 roupies le kilo soit 6 à 7 € le trajet.

Mais cela ne s’arrête pas là, ils n’ont bien sûr pas de masque de gaz, juste un foulard ou une écharpe en coton pour se protéger des émanations toxiques ! Quelques-uns font même le trajet en tongs ! Oui, vous avez bien lu, en tongs ! Leurs pieds totalement déformés, il est impossible pour certains de mettre la moindre paire de chaussures… Vous comprenez donc pourquoi leur espérance de vie est très limitée !

IMG_3277

Entourés de notre guide

IMG_3309

Bye bye le Kawah Ijen !

Notre guide est un ancien porteur de souffre, il semblerait que ce métier se transmette de père en fils ! Souvent gênés par les touristes dans la montée, qui souhaitent immortaliser leur bravoure par quelques photos, nous n’avons vu que des sourires et de la gentillesse de leur part ! Ils font preuve d’une solidarité à toute épreuve entre eux, ici pas de concurrence… Vous comprenez pourquoi nous n’avons pas hésité une seule seconde à prêter notre lampe frontale dans la montée (quitte à ne pas voir grand-chose) à un porteur dont sa lampe s’est subitement éteinte ! En échange, nous avons eu le droit à un sourire et une belle tortue en souffre ! Bref, une belle leçon de vie 😉

IMG_3305

Notre équipe, au grand complet !

INFOS PRATIQUES POUR LE KAWAH IJEN

Transport : Pour rejoindre le petit village de Sempol depuis Cemoro Lawang, nous avions acheté nos billets (via un packaging transport-hébergement) à l’agence située à Probolinggo. Nous avons payé 170 000 roupies par personne (soit 11,5 €), pour un trajet de 10h en minibus climatisé.

Hébergement : Via cette même agence située à Probolinggo, nous avions une chambre de réservée à l’Arabica Homestay (160 000 roupies la chambre double soit 10,8 €). Confort très sommaire mais nous étions surtout heureux d’avoir une douche chaude !

Repas : Pas trop le choix… Nous avons dîné à l’Arabica Homestay, 70 000 roupies le buffet, que nous avons partagé à 2 ! Le personne est vraiment peu aimable, restez zen 😉

Entrée du Kawah Ijen : 100 000 roupies par personne (soit 6,8 €). Attention, le dimanche, il semblerait que l’entrée soit à 150 000 roupies !

Notre aventure au cœur des volcans indonésiens est désormais terminée, mais quelle merveilleuse expérience ! Bon certes, nous avons peu dormi (5 ou 6h en l’espace de 2 jours) et avons surtout collectionné les heures de transport (30h en 3 jours), mais le jeu en vaut clairement la chandelle ! Un spectacle plus qu’au rendez-vous, des images plein la tête et des rencontres bouleversantes, voilà le résumé de quelques jours totalement dingues ! C’est exténué mais émerveillé comme des enfants que nous nous dirigeons désormais vers Bali, la 2nde île de notre périple indonésien ! Au programme : farniente, surf et ballades en scooter dans les campagnes, ne manquez surtout pas notre prochain article…

5 Comments on “Les volcans de Java, voyage au centre de la Terre

  1. J’avais vu a la télé un reportages sur ses hommes qui ont une vie tres tres dure et mal payé , ils vivent pas vieux avec ce qu’ils respirent et transportent ……. ça doit etre beau mais rien que de lire je suis épuisée …..lol…..
    Depuis que j’ai trouvée votre blog je regarde tout les jours s’il y a des nouvelles …
    Bonne continuation a bientot la suite de vos aventures ….. Bisous Lili

    • Merci pour ce joli message, effectivement, les volcans étaient un moment très attendu de notre tour du monde ! Quelle belle leçon de vie que ces porteurs de souffre… On a pris une claque !

      Pour suivre nos articles, n’hésitez pas à rejoindre notre page Facebook « Step by Step 2015 », nous mettons un petit message dès la publication d’un article !

      A très bientôt 😉

  2. Bonjour ,

    Bravo pour le blog il est vraiment très bien.. nous sommes également 4 à partir en septembre.. pouvez vous me donner le nom de l’agence par laquelle vous avez négocié pour aller de Yogyarta au mont Bromo puis Kawa Ijen?

    Merci d’avance

    • Merci pour votre message ! Pour tout vous dire, on a complétement oublié le nom de cette agence mais vous en trouverez de nombreuses à Yogyakarta, nous avons payé 160 000 roupies chacun pour le transport ! Désolé de pas pouvoir vous aider davantage, mais vous verrez, sur place, c’est vraiment très simple… Et profitez-en bien, le spectacle est vraiment grandiose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *